Le projet bénéficie du soutien de la Région Nouvelle-Aquitaine et du Fonds Européen de Développement Régional de l’Union européenne.

Les prises de conscience environnementale, les évolutions réglementaires (RT 2012, RT 2020, constructions BBC), le développement des énergies renouvelables et l’optimisation des consommations énergétiques, conduisent à l’essor très important des éco-constructions et de la filière bois-énergie. Cela se traduit par une évolution des architectures bâtimentaires et des matériaux utilisés, quelles qu’en soient les applications (habitat individuel, immeuble de grande hauteur, établissement recevant du public, bâtiment industriel). Ainsi, de plus en plus de matériaux naturels (mais combustibles) sont utilisés, que ce soit pour la construction (ossature bois, construction bois), pour l’isolation (isolants naturels divers) ou pour la décoration intérieure ou extérieure (façade bois). Se pose alors la problématique majeure de la sécurité au sein de ces nouvelles constructions, notamment en cas de sinistre incendie.

Dans ce contexte, la présente étude vise à :

  • Etudier le comportement au feu des nouveaux matériaux utilisés en construction afin de développer une base de données, jusque maintenant inexistante et indispensable.
  • Etudier les phénomènes couplés et d’interactions pilotant la naissance et la propagation des sinistres dans le contexte de la construction.
  • Améliorer les modèles et sous-modèles de simulation du comportement des feux au sein des nouvelles configurations bâtimentaires.
  • Mieux décrire les cinétiques de feu afin de prescrire des règles de sécurité plus pertinentes au sein des nouvelles constructions.

Pour cela, le projet vise à la réalisation des taches suivantes, avec l’acquisition du matériel adéquate afin de compléter les dispositifs expérimentaux et analytiques actuels :

  • Tâche 1 : Caractérisation du processus de combustion et détermination des propriétés des nouveaux matériaux
  • Tâche 2 : Caractérisation des processus de transfert de chaleur, qui pilotent l’inflammation et la propagation du sinistre, notamment dans des configurations d’interaction avec une paroi.
  • Tâche 3 : Caractérisation des transferts de masse, qui pilotent l’établissement des conditions permettant la naissance et l’établissement de la flamme.
  • Tâche 4 : Amélioration des codes de calcul utilisés en études d’ingénierie de sécurité incendie.
  • TV iriaf - suivre nos évènements