Parole de chercheur : Tarek Beji

 

Tarek Beji (à gauche sur la photo) est chercheur à l’université de Gent. Il travaille avec les équipes de Thomas Rogaume au sein de la plateforme Incendie Hestia.

Quels sont vos sujets de recherche ?
Ils s’articulent essentiellement sur la modélisation des aspects multiphasiques dans des écoulements générés par un feu (incendie). Plus précisément, je m’intéresse à l’interaction des liquides avec des gaz chauds ou des flammes avec, particulièrement, deux applications en vue : les feux de bacs (« liquid pool fires ») et les systèmes d’aspersion d’eau.

Pourquoi collaborer avec des chercheurs de l’IRIAF ? 
Cette collaboration a permis de récolter des données expérimentales de qualité sur le réchauffement et l’évaporation de plusieurs liquides disposés en bac dans un environnement contrôlé. Ces données vont servir à évaluer les modèles actuels et, éventuellement, les améliorer en proposant de nouveaux développements. En tant que modélisateur, cette collaboration avec les chercheurs de l’IRIAF m’est donc très précieuse car sans données expérimentales fiables et précises il est très difficile de justifier la nécessité et la qualité de nouveaux modèles.

Quelles sont les perspectives ?
Il est très important de mentionner d’abord l’environnement agréable dans lequel j’ai travaillé grâce à mon ami et collègue Thomas Rogaume ainsi que toute son équipe. Je suis donc convaincu que la collaboration va continuer dans le futur en étendant la campagne expérimentale a plus de configurations et en développant une métrologie encore plus poussée.

Evénement : JIR 2020

La cinquième édition des Journées Internationales du Risque aura lieu à l’IRIAF les 28 et 29 mai 2020. Ce colloque réunira les spécialistes de l’économie du risque au sens large du terme. Près de 60 chercheurs français et internationaux y participeront.

 

Laboratoire Commun OPTIFUM

Laboratoire Commun OPTIFUM avec l’entreprise Poujoulat : vers des produits innovants pour la sécurité incendie.

Avec la croissance de la filière bois-énergie, dont l’activité a doublé depuis dix ans, l’optimisation des conduits d’extraction de fumées est un enjeu fort de la sécurité incendie. La société Poujoulat, spécialiste des conduits de cheminée, collabore alors depuis 2012 avec l’université de Poitiers (IRIAF – Institut Pprime) sur des thématiques de recherche concernant la sécurité incendie.

Afin de soutenir ce partenariat et de le pérenniser dans le temps, les chercheurs de l’IRIAF et de l’Institut Pprime et la société Poujoulat ont alors créé le laboratoire commun LabCom Optifum, soutenu par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) et la Région Nouvelle Aquitaine. L’objectif est l’optimisation des conduits d’extraction des fumées en situation d’incendie.

Le partage des moyens expérimentaux et des compétences vise la mise au point de modèles numériques, qui faciliteront ensuite le développement de produits innovants.

L’équipe Combustion Hétérogène de l’Institut Pprime et le laboratoire Ceric (Centre essais recherches des industries de la cheminée) de Poujoulat vont travailler sur deux scénarios :

  • Scénario 1 : un feu se déclare dans la pièce où se situe le conduit de cheminée, et il faut éviter que celui-ci soit un vecteur de transmission du feu aux pièces adjacentes. Les études s’efforceront d’évaluer la tenue structurelle du conduit et la transmission de la chaleur libérée par le sinistre via le conduit.
  • Scénario 2 : un feu se déclare dans le conduit lui-même, et il convient que le feu ne se propage pas à l’extérieur. Le feu étant associé à la décomposition thermique puis à l’inflammation des dépôts accumulés au sein du conduit, il s’agira de caractériser ces dépôts avec précision, ainsi que les caractéristiques du feu qu’ils peuvent générer.

Poujoulat et l’Institut Pprime vont mettre en commun des moyens expérimentaux, et renforcer le partage de leurs expertises. Des bancs expérimentaux seront également co-développés par les partenaires. Les études expérimentales permettront de caractériser l’inflammabilité des dépôts dans les conduits, et de mieux comprendre les mécanismes qui entrent en jeu lors d’un incendie. Ces résultats déboucheront sur la mise au point de deux modèles numériques. L’un modélisera les échauffements et les transferts de chaleur, tandis que l’autre simulera la formation des dépôts au sein du conduit et leur combustion. Ces modèles numériques pourront ensuite être utilisés par Poujoulat pour améliorer ses gammes de produits actuels, et créer des produits innovants visant de nouveaux marchés.

« Pour l’IRIAF et l’Institut Pprime, les études menées au sein du laboratoire commun sont une opportunité d’aborder des thématiques peu traitées par la recherche en général, notamment sur les dépôts dans les systèmes de chauffage. C’est aussi l’occasion de développer de nouvelles expertises applicables à d’autres domaines de recherche », indique Thomas Rogaume, Directeur du Laboratoire Optifum. Ces travaux donneront lieu à des communications et à des publications scientifiques.

ISSN 2495-3369

Directeur de publication Jean-Marc Bascans

Contact mail iriaf-com@univ-poitiers.fr


  • TV iriaf - suivre nos évènements