gazette n°38

Un enjeu : les données

Marc Parenthöen est Maître de Conférences en Informatique à l’IRIAF depuis début septembre. Il nous parle de son parcours professionnel et du caractère aujourd'hui stratégique de la maîtrise de la chaine des données
La Gazette : Quel a été votre parcours avant d’intégrer l’IRIAF ?
Marc Parenthöen : J'ai enseigné les mathématiques pour l'ingénieur et la conception informatique à l'École Nationale d'Ingénieur de Brest pendant 20 ans. Côté recherche, à l'occasion de ma thèse soutenue à Brest en 2004, j'ai imaginé une méthodologie interdisciplinaire d'étude des systèmes complexes par leur simulation en réalité virtuelle. Le monde virtuel est considéré comme un laboratoire supportant l'expérimentation des modèles ; chacun d'eux étant pensé comme une entité autonome définie par ses interactions. J'améliore depuis les concepts, méthodes et outils facilitant sa mise en œuvre.
LG : A l'ère du big data, en quoi la sécurité des systèmes d’information devient-elle une fonction encore plus stratégique dans l'entreprise ?
MP : Les informations sont aujourd’hui dématérialisées au sein d’appareilsordinateurs mobiles organisés en réseaux internes à l'entreprise, mais également ouverts sur internet, comme par exemple le cloud. La sécurité des systèmes d'information est donc essentielle pour garantir l'intégrité des informations, respecter l'intimité nécessaire au bon fonctionnement de l'entreprise et de la vie privée, tout en facilitant les interactions avec des tiers.
LG : Pourquoi et comment contrôler l'ensemble de la chaine de valeur de la donnée ?
MP : La chaîne de valeur de la donnée, de son acquisition à son utilisation en passant par son stockage et sa protection, est aujourd’hui un problème interdisciplinaire complexe, multi-acteurs et trans-territorial. Sa maîtrise est donc un élément clé pour une utilisation durable des systèmes d'informations qui sont aujourd'hui de plus en plus ubiquitaires. Cela passe par la sensibilisation et la formation de tous les acteurs de la chaîne. C’est la raison pour laquelle cette problématique doit être centrale dans le cursus de l’ensemble des étudiants de l’IRIAF, tant naturellement au sein de la filière Gestion Des Risques qu’auprès des étudiants de la filière Statistique en Assurance et Santé.

Data challenge

La qualification des données est aujourd’hui une des compétences clés pour la maitrise de la chaine de valeur de la donnée (avec leur sécurisation). C’est dans cette perspective qu’un data challenge aura lieu les 2 et 3 février prochains à l’IRIAF pour confronter les étudiants de la seconde année du Master SARADS sur ces questions. Coachés par des professionnels de la donnée, les étudiants « s’affronteront » en équipe en exploitant la même base de données « brutes » qu’ils devront qualifier, nettoyer, rendre cohérentes et exploitables, enrichir et, au final, valoriser via une « datavisualisation » de leur choix.

Parfois sans le savoir, mais souvent en pleine conscience, nous produisons tous une masse incommensurable d’informations, chaque jour renouvelées, qui constituent des données que d’autres (entreprises, administrations) exploiteront à des fins potentiellement commerciales. Plus de 2,5 trillions (soit 2,5 milliards de milliards) d’octets de données sont en effet générées chaque jour (1). Plus de 90 % des données disponibles dans le monde depuis le début de l’Humanité ont ainsi été générées au cours des deux dernières années seulement (1). Ces « traces » (essentiellement numériques) que nous laissons en tant qu’usagers d’objets connectés (smartphones, ordinateurs, capteurs, GPS, puces RFID, systèmes embarqués…) ou de services (bancaires, assurantiels, commerciaux, énergétiques, administratifs, de santé ou de télécommunication…), sont aujourd’hui stockées dans des data centers de plus en plus imposants. La variété (données relationnelles classiques, données brutes, voire non structurées) et la vélocité (fréquence à laquelle les données sont créées, collectées, transmises et mises à jour) de ces données sont également de plus en plus étendues.
Prises isolément, ces données donnent peu d’informations valorisables. Par contre, pour les acteurs qui parviennent à les capter, à les agréger, à les protéger, à les exploiter et à leur donner de la valeur, de formidables opportunités de marché s’ouvrent à eux (2). Dans ce contexte, la maitrise de (tout ou partie de) cette chaine de valeur de la donnée constitue un nouvel (et véritable) avantage concurrentiel. Elle n’en demande pas moins de véritables compétences nouvelles qui seront de plus en plus recherchées sur le marché de l’emploi. Il en est ainsi des compétences clés en matière de protection des systèmes d’information. L’enjeu est ici à la fois de garantir l’intégrité des données récoltées et d’en « verrouiller » l’accès pour le (seul) bénéfice de son propriétaire. Les nombreux scandales relatifs aux vols de données informatiques, qui ont émaillé l’actualité ces dernières années, ont mis en exergue les coûts (directs et indirects) croissants qu’ils occasionnent. Une étude récente a ainsi montré que le coût total consolidé d'une violation de données était en moyenne de 3,8 millions de dollars (3). Au-delà de l’impact financier, la non sécurisation de ses données peut également se traduire par une perte durable de réputation, par la nécessité d’indemniser ses clients ou ses salariés victimes, voire par des pertes de parts de marché (3). Les derniers « Dialogues de l’Aura » (4) organisés sur le Pôle Universitaire de Niort et auxquels des étudiants de l’IRIAF ont participé, ont récemment mis en perspective ces éléments (5).
De la même manière, la qualification des données devient également une compétence clé recherchées par les entreprises. Le volume, la variété, la vélocité et la véracité (les 4V) des données imposent en effet un travail indispensable pour qualifier les données. Cette étape est aujourd’hui considérée comme indispensable pour à la fois optimiser la qualité des bases de données et pour en extraire une véritable valeur ajoutée. C’est dans cette optique que s’inscrit le data challenge que nous organisons les 2 et 3 février prochain dans nos locaux.

(1) https://www-01.ibm.com/software/fr/data/bigdata/
(2) http://freakonometrics.hypotheses.org/48846
(3) http://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-147269-le-vol-de-donnees-et-son-impact-sur-limage-des-entreprises-1195290.php
(4) http://www.aura-niort.fr/
(5) Devant le succès rencontré par cette conférence, celle-ci sera renouvelée le 13 décembre à partir de 17h au pôle universitaire de Niort

A vous de jouer...

Le vendredi 13 est source d’adrénaline pour les plus superstitieux, pensant que cette date leur permettra de remporter le « jackpot ». Pour que les étudiants de l’IRIAF remportent leur « jackpot », une insertion professionnelle à court ou moyen terme, l’IRIAF (Notre mission assurer votre avenir) agit ! Ainsi, le vendredi 13 janvier 2017, l’Institut organise trois temps forts à l’occasion de la cérémonie de remise de diplômes. Un forum permettra d’abord aux étudiants et diplômés de rencontrer, d’échanger et de se mettre en réseau avec des professionnels de leurs domaines. Ensuite, la participation d’Adrien Couret (DG délégué de la Macif), de Virginie Laval (VP formation de l’Université de Poitiers) et de deux anciens étudiants de l’IRIAF, lors d’une « battle » (joute verbale) sur le thème de « l’Université dans la Cité : du savoir à la compétence », rythmera la fin d’après-midi. Il s’agira alors de confronter le regard du monde universitaire et de l’entreprise sur les compétences attendues de nos étudiants et diplômés. La remise des diplômes et un cocktail clôtureront cette journée.

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - TSA 71117 - 86073 POITIERS Cedex 9 - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50 - webmaster@univ-poitiers.fr